MANIFESTATION REGIONALE LE 21 JANVIER

MIGRANT-E-S : de plus en plus de rejets, d’expulsions, d’extrême précarité, de mises à la rue…
Manifestation régionale Samedi 21 janvier 2017 14H30
Place Félix Poulat Grenoble
250 millions de migrants, dont 63,5 millions fuyant les guerres, les conflits, les dictatures , la misère, la famine dont les grandes puissances occidentales sont en bonne partie responsables. La majorité de ces migrants sont accueillis par les pays les plus proches : Liban, Jordanie, Turquie, et en Europe : Grèce, Italie, Allemagne. Le gouvernement français ne s’est proposé que pour… 27 000 migrants ! En opposant souvent ces migrants dits « politiques » aux migrants « économiques » qui auraient pour la majorité « vocation à retourner dans leur pays d’origine », ou encore aux migrants déjà arrivés en France depuis quelques années, comme les demandeurs d’asile ou de séjour, les déboutés dits « sans papiers », qu’ils viennent de Guinée, de la Centrafrique, de Tchétchénie, des Roms, condamnés le plus souvent à vivre dans la plus extrême précarité, sans droit au travail, souvent sans toit (y compris des familles avec enfants en bas âge). Un SCANDALE PERMANENT dans un pays dont on nous rappelle sans cesse que c’est la 5° puissance du monde !
Que ce soit dans la Drôme, en Ardèche, en Savoie et Haute Savoie, en Isère, dans le Rhône, les situations d’exclusion, de grande précarité, l’insuffisance ou la diminution des aides publiques à l’accueil et à l’hébergement, les refus d’asile et de séjour condamnent des dizaines de milliers d’hommes et femmes, d’enfants à un état de non droit absolu, à une extrême dégradation sanitaire et au désespoir.
NOUS REFUSONS AVEC EUX/ELLES cette odieuse politique de rejet, de discrimination, de négation des droits fondamentaux. De nombreux/ses citoyen-ne-s s’affirment solidaires au jour le jour des migrant-e-s, les accompagnent dans leurs démarches, parfois les hébergent, et revendiquent avec eux/elles une TOUTE AUTRE POLITIQUE D’ASILE et D’IMMIGRATION. De nombreuses manifestations se sont déroulées récemment en région Rhône-Alpes comme dans le reste de la France, en opposition aux mouvements xénophobes anti-migrants pour affirmer non seulement notre entière solidarité avec les migrant-e-s mais aussi pour exiger une TOUTE AUTRE POLITIQUE D’ASILE et D’IMMIGRATION.
Nous, citoyen-ne-s de la région Rhône-Alpes, nous EXIGEONS :
  • Un véritable accès aux droits, que ce soit à l’asile, au séjour, au travail, à la santé, à un toit, à la scolarité, à la formation.
  • L’arrêt des expulsions
  • Le droit de vote de tous les résidents étrangers aux élections locales
  • Une action diplomatique concertée des Etats européens pour tenter de mettre fin aux conflits qui provoquent l’exil désespéré et souvent mortel des migrant-es
  • Une EUROPE sans barbelés, sans murs, ouverte aux migrant-e-s : DES PONTS, PAS DES MURS !
A L’APPEL DE LA COORDINATION REGIONALE RHÔNE-ALPES DE SOUTIEN AUX SANS PAPIERS
SIGNATAIRES : Action Catholique Ouvrière R. Alpes- ADES- AIAK (Association iséroise des amis des Kurdes)- APARDAP- Assemblée des Mal-Logé-e-s- ASTI Romans- ASTI Valence- ATTAC 38- CADTM- CCFD- CGT 38- CIIP- CISEM- Collectif urgence Roms (Annecy)- Comité de Soutien aux Réfugiés Algériens- CCREG (Conseil consultatif des résidents étrangers de Grenoble)- Ensemble Isère !- Europe Ecologie Les Verts Isère- Fédération anarchiste- Femmes Egalité- Femmes en Luth (Valence)- Go Citoyenneté- IDH (Institut des Droits de l’Homme)- Iran solidarités- L’Appart- La Cimade- La Rencontre- Ligue des Droits de l’Homme (Grenoble)- LDDHI (Ligue défense des Droits de l’Homme en Iran- LIFPL- Lutte Ouvrière (38 et 74)– Médecins du Monde- Mêmes droits pour Tous et Toutes (Valence)- Mouvement de la Paix (Isère)- NPA (38 et 74)- – Parti de Gauche- Pastorale des Migrants- PAS (Pour une Alternative syndicale)-Patate chaude- PCF Isère- PCOF- RESF 38- RESF 69- ROMS Action- Survie Isère- Syndicat des travailleurs sans papiers cgt- Union syndicale Solidaires Isère- Un Toit Pour Tous/toutes (Annecy)

Etre migrant à Chambéry à Noël.

(Courrier reçu sur la boite mail de TousMigrants rédigé par des chambériens qui ont accueilli ces familles: 2 mois et demi après l’Appel de TousMigrants 73, le nombre de places, malgré son augmentation depuis, ne suffit déjà plus… La mobilisation de ces chambériens semble avoir eu comme effet de débloquer de nouveaux lits en cours dinstallation sur Chambéry. Le nouveau lieu devrait être utilisable au plus tôt vendredi 6 janvier.)
Certains faits nous ramènent brusquement à la réalité et nous sortent de notre torpeur :  ils dorment dehors à Chambéry, ils ont 1 an, 2 ans, 4 ans, 5 ans, 13 ans… Leurs parents sont venus demander l’asile en Savoie. Récit de ces derniers jours.
– Mercredi 21 décembre 2016, 16h : contact d’une bénévole de la permanence d’accueil des demandeurs d’asile ; 3 familles nouvellement arrivées comprenant 5 enfants de moins de 6 ans dorment dehors depuis quelques jours car il n’y a plus de place d’hébergement d’urgence. A la hâte, nous identifions 3 logements où des amis peuvent les accueillir pour la nuit. A 19h30, nous allons avec cette bénévole les chercher à la sortie de la cantine savoyarde. Elles sont malheureusement déjà parties. Maraude improvisée. Sans succès.
– Jeudi 22 : les familles sont retrouvées à l’accueil de jour. Elles ont dormi dehors. Le 115, joint en début d’après midi comme tous les jours répond qu’il n’y a toujours pas de place. Le bas âge n’y changera rien. Coups de fil. 3 lieux d’accueil sont trouvés pour la nuit. A 19h, les 3 familles sont prises en charge par ces particuliers. Elles dormiront au chaud.
– Vendredi 23 : les familles retournent à l’accueil de jour le matin. Même réponse du 115 l’après midi. A nouveau coups de fil à Chambéry, en Chartreuse. L’organisation des uns et des autres pendant les vacances complique les choses. Des hébergements sont finalement identifiés, pas forcément les mêmes. Les familles sont logées. Soulagement à nouveau.
24, 25, 26, 27. Le même scénario se répète et Noël n’y changera rien. Au contraire. Aucune place disponible au 115 qui est appelé tous les jours de cette fin décembre. Coups de fil multiples pour trouver des solutions de logement au pied levé, mails. Qui pourra accueillir ? combien de personnes ? combien de temps ? dans quelles conditions ? Incompréhension de l’absence de réaction des pouvoirs publics à cette situation. N’est-ce pas de leur responsabilité ? Jusqu’à quand devrons nous y pallier ? N’y a-t-il pas un gymnase, une salle, des chambres d’hôtel, pour que la nuit se passe de manière à peu près acceptable ? En attendant que d’autres solutions plus « structurées » voient le jour ?
L’afflux récent de demandeurs d’asile est sans précédent d’après les bénévoles qui les reçoivent et qui se sentent démunis par l’absence de solution de logement. Il y a des personnes seules et notamment des mineurs qui dorment dehors ; il y a donc aussi des familles. De nombreuses questions sont posées par ces arrivées dans notre ville, mais il y a d’abord des besoins vitaux et des besoins de dignité. Il faut saluer l’investissement des associations, de tous les bénévoles et salariés de l’accueil de jour, de la cantine savoyarde, des centres d’hébergement d’urgence, des soignants, de ceux qui recueillent le récit, orientent pour les démarches administratives de demande d’asile, soutiennent. Ces accompagnements sont signes d’humanité. Ils ne préjugent en rien de la légitimité de la demande d’asile des migrants, ni de la décision favorable ou non de l’octroi de cet asile.
Nous ne pouvons nous résoudre à ces faits qui se déroulent sous nos yeux.
Réseau de citoyens du bassin chambérien